L’Emprise : vous ne pourrez pas rester insensibles le 26 janvier sur TF1

L’unitaire L’Emprise, adaptation du récit Acquittée d’Alexandra Lange, sera diffusé sur TF1 lundi 26 janvier 2015, et il ne vous laissera pas insensibles

11607_746997395389406_7877724473384547779_n

L’Emprise… souvenez vous cet unitaire de Léonis Productions, qui sera diffusé lundi 26 janvier sur TF1 dès 20h55, et dont on vous a déjà longuement parlé ici, est l’adaptation du récit d’Alexandra Lange, Acquittée, publié aux éditions Michel Lafon.

Unitaire que nous avons eu le plaisir de visionner. L’exercice était difficile, tant le récit d’Alexandra Lange est poignant, révoltant et éveilleur de consciences.

Un exercice qui est relevé haut la main par L’Emprise, un téléfilm de grande qualité, fidèle au récit d’Alexandra Lange, sans fioritures, sans filets, révélateur de la triste réalité de tant de femmes victimes de violences chaque année.

Bien entendu, cet unitaire est une adaptation du récit Acquittée, Claude-Michel Rome a donc fait de nombreux choix, certains éléments ont été écartés, certains protagonistes également. Vous ne retrouverez  donc pas simplement une retranscription du récit d’Alexandra Lange, mais une véritable dénonciation de ce phénomène qui n’est que trop tu. On pourra d’ailleurs saluer le choix de changement de contexte, en effet, L’Emprise, contrairement à l’histoire d’Alexandra Lange, se déroule non plus dans le monde des gitans, mais dans celui d’un foyer moyen, permettant une plus grande identification du public.

Mais ces choix, ces coupes, ne sont pas néfastes et relatent parfaitement le message à faire passer. Bien sûr ce téléfilm met mal à l’aise, bien sûr vous aurez du mal à visionner certaines scènes… Pourquoi cela ? Parce que l’interprétation est criante de vérité, et combinée à une réalisation de grande qualité, qui a choisi de fonctionner par flashbacks, vous fera enfin prendre conscience de l’importance du sujet, de l’importance de parler des violences conjugales, de les dénoncer et de protéger ces femmes qui en sont victimes.

Il nous parait important de souligner la qualité de l’interprétation des comédiens, parce que c’est grâce à eux (et à la réalisation), que l’objectif de sensibilisation est atteint. Que dire des prestations d’Odile Vuillemin et Fred Testot, respectivement Alexandra Lange et Marcelo Guillemin ? On attendait beaucoup, et nous ne sommes pas déçus, nos espérances étaient même en deçà de la réalité.

14603_736680466421099_6058619864413103306_n

Odile Vuillemin, connue pour être excellente dans les rôles extrêmes, se révèle ici magistrale, criante de vérité, elle ne joue pas, elle est Alexandra Lange. Elle vous plonge, par son regard, sa peur, sa fragilité, dans cette réalité qui dérange, dans ce mécanisme si peu compris de l’emprise d’un mari violent sur sa femme. Beaucoup se demandent pourquoi une femme reste malgré les coups. Dans L’Emprise, vous comprenez, même sans explication concrète, comment l’amour peut laisser place à la peur, la dépendance, l’exclusion et enfin le drame…

522371.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Et que dire de la prestation de Fred Testot ? Comédien connu pour des rôles comiques, se révèle ici tellement réaliste en homme violent, tiraillé entre son amour et son incapacité à contrôler ses pulsions de violence, seuls moyens de communication et de domination. Fred Testot est ici, dans ce rôle de Marcelo, tout comme Odile Vuillemin, empli de vérité, méprisable et incompréhensible… Une prestation qui laisse véritablement sans voix…

519246.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Un casting complété par Lolita Chammah et Sam Karmann, respectivement Brigitte, et Robert Lange, meilleure amie et père d’Alexandra, témoins des violences subies par celle ci, témoins de cette emprise de laquelle ils tentent de la défaire. Deux personnages, qui magnifiquement interprétés, vous permettent de prendre conscience du rôle des proches de la victime de ces violences, de leur difficulté à aider, de la nécessité pour eux de ne pas baisser les bras, et d’être disponibles.

Capture d’écran 2015-01-22 à 20.16.37

Vous retrouverez aussi Micky Sebastian, dans le rôle de la juge Schneider, toujours très juste, posée, pleine de vérité et de sensibilité,  malgré sa nécessaire objectivité. Mais aussi, Marc Lavoine, dans le rôle difficile du procureur Luc Frémiot, personnage emblématique et charismatique, qui eut un rôle prédominant dans l’acquittement d’Alexandra Lange, et dont la plaidoirie, reste aujourd’hui encore tout aussi poignante. Un rôle difficile, que Marc Lavoine relève, malgré quelques approximations de jeu dans les premières scènes, le final de la plaidoirie nous fait oublier le négatif.

10846461_736680279754451_3493580127021414316_nCapture d’écran 2015-01-22 à 20.16.02

Il faut également souligner la performance d’Oksana Pantazidis, qui interprète la fille ainée d’Alexandra Lange, à la fois assez grande pour prendre conscience de la situation, mais aussi trop jeune pour avoir un impact sur la libération de sa mère et ses frères de l’emprise de leur père sur l’ensemble de la famille.

Capture d’écran 2015-01-22 à 20.16.20

Un téléfilm d’excellente qualité, qui ne vous laissera à coup sûr pas indifférents, et ce grâce à une adaptation sans effets, sans rajouts, la retranscription brute d’une réalité qui dérange, mais qui pourtant est bien souvent tue. Un téléfilm qui a le mérite de prendre le risque de déranger, de choquer peut être, mais en tout cas de mettre à jour une réalité qui peut nous rattraper tous autant que nous sommes est un jour ou l’autre. Et malgré l’approximation du jeu des actrices interprétant les avocates d’Alexandra Lange, qui en font bien trop, on ne peut que saluer la beauté du rendu.

N’oubliez pas que les violences conjugales touchent de nombreux foyers, et ce quelque soit le milieu social, que 120 à 150 femmes meurent chaque année en France des coups de leurs conjoints, et qu’une femme sur cinq a été victime d’agression sexuelle et seule une victime de violence sur dix porte plainte…

Il faut donc saluer les risques pris à la fois par Léonis Productions et TF1 de produire et diffuser un téléfilm sur un tel sujet en prime time sur une chaîne grand public. Mais aussi le risque pris par ces comédiens, qui mettent à profit leurs dons pour transmettre un message important…

Un rendez vous à ne pas manquer et à diffuser le 26 janvier dès 20h55 sur TF1.

//www.wat.tv/embedframe/245943chuPP3r12088433

//www.wat.tv/embedframe/338550chuPP3r12073257

//www.wat.tv/embedframe/236625chuPP3r12072687

(Source et crédits : TF1, Léonis Productions)

Publicités