Pourquoi tant de morts en séries ? The Good Wife et Profilage

Pourquoi tant de morts en séries ? Est une question que l’on peut se poser lorsque l’on s’aperçoit que dans chaque série ou presque les scénaristes s’amusent à faire mourir leurs personnages.

photo article

La mort d’un personnage récurrent est un outil très souvent utilisé par les scénaristes dans les séries télévisées. Procédé qui permet soit de faire disparaître un personnage dont l’interprète souhaite quitter la série, soit pour éliminer un personnage qui ne rencontre pas l’accueil du public, soit simplement pour redistribuer les cartes et ainsi donner un nouveau départ à une série qui s’essouffle.

On remarque que la tendance ces dernières années est une utilisation de plus en plus répandue de ce procédé. La question que l’on peut se poser est celle de la justification de ces morts, qui nous semblent parfois dénuées de tout intérêt.

Pour mieux comprendre l’utilisation de ce procédé, nous avons décidé de revenir sur quelques unes de ces morts, en examinant le contexte dans lequel elles interviennent et comment elles sont justifiées par les scénaristes, et ce que ces évènements peuvent apporter aux séries. Pour cela, nous examinons pour vous trois séries bien différentes : The Good Wife et Profilage.

The Good Wife

Attention : ceux qui n’auraient pas vu les épisodes 15 et 16 de la saison 5, ne lisez pas ce qui suit.

0 the-good-wife-600x280

Les adeptes de The Good Wife qui suivent les aventure d’Alicia Florrick depuis la première saison, sont plus habitués à des scandales, des mensonges, des trahisons, qu’à la mort de personnages. Mais la volonté de Josh Charles (Will Gardner) de quitter la série a poussé les scénaristes de la série, à lui trouver une sortie à la hauteur de l’importance de son personnage. Un simple départ ou un incident bancal n’aurait pas été satisfaisant, c’est donc la mort de Will Gardner qui fut choisie, une mort qui restera très certainement dans les annales des coups de maitre scénaristiques.

Tentons d’expliquer comment tout cela a été orchestré, et quel impact cela a pu avoir sur la suite de la série.

L’épisode 15 commence de façon toute à fait classique, Alicia est en prise avec Nelson Dubeck, qui enquête sur la prétendue fraude électorale de Peter, et de son côté Will défend le jeune Jeffrey Grant, accusé de meurtre. L’épisode est ponctué de rendez vous et appels manqués entre Alicia et Will à propos de clients partant d’un cabinet à l’autre, jusqu’au moment où l’on voit Jeffrey Grant paniquer lors de son interrogatoire en salle d’audience. Puis des coups de feu se font entendre, Kalinda vient porter secours à Will touché par une ou plusieurs balles. Kalinda et Diane, partent à sa recherche à l’hôpital, lorsqu’elles découvrent qu’il n’a pu être sauvé. L’épisode se termine sur le visage d’Alicia à l’annonce de la mort de Will au téléphone. Qui n’a pas à ce moment été pris par l’émotion ? Une succession de scènes d’une incroyable justesse.

L’épisode 16 est consacré à la mort de Will, et aux réactions des différents personnages, et principalement la détresse d’Alicia, Diane et Kalinda.

Ce mort d’un personnage aussi central et important que Will aurait pu être néfaste pour la série, faisant perdre une grande part d’audience et d’intérêt. Comment rebondir à cette disparition, alors que Will était une des pierres angulaires de toutes les intrigues et du fil rouge avec sa relation avec Alicia qui tenait les téléspectateurs en haleine depuis 5 saisons.

Mais non !! Et tout le génie des scénaristes apparaît dès ce moment là, ils ont réussi à faire de cette disparition une force, et un renouveau de la série. Le départ de Will a ouvert de nouvelles perspectives en plaçant Alicia au cœur de la narration, en faisant d’elle une femme accomplie, sortie du carcan de ses problèmes sentimentaux. La série prend une dimension un peu plus politique. Ce changement n’apparaît en rien comme forcé, on a l’impression que l’évolution obéit à une logique lentement préparée. La série arrive aujourd’hui à un niveau de qualité tout à fait remarquable, et ce également au niveau de la réalisation.

Les créateurs ont réussi à rassembler le tragique, le suspense et des touches parodiques qui on toujours été l’un de ses grands points forts. On en arrive à détester un protagoniste en deux répliques car on devine ses travers en un clin d’oeil, exactement comme on le fait chaque jour avec des gens que l’on est amenés à croiser. Le tour de force est remarquable.

La décision de la mort de Will a donc permis un changement de cap et un nouveau souffle pour la série. Un bel exemple d’un départ d’un personnage central magistralement pensé.

Profilage

Les amateurs de la série Profilage se souviennent très certainement des disparitions les plus marquantes, que sont celles du commandant Matthieu Pérac, du commandant Antoine Garrel, mais sont surotut depuis un an dans l’attente de la nouvelle saison qui fait suite au cliffhanger de la fin de la saison 4, nous laissant dans le doute concernant la survie de Chloé et de Grégoire.

Commençons par le commencement avec la mort du commandant Pérac dans l’épisode final de la saison 2. Souvenez vous, Louise Drancourt, qui s’était fait passer pour la sœur de Chloé, dans un élan de rage lorsque le jour de son mariage, tue Matthieu en lui plantant un morceau de miroir brisé dans le cou, lorsqu’il lui annonce qu’il a découvert la vérité sur elle . L’épisode se termine sur la découverte de Matthieu agonisant sur le sol par Chloé. Premier cliffhanger de la série.

Capture d’écran 2014-10-14 à 10.18.24 Capture d’écran 2014-10-14 à 10.18.35

Guillaume Cramoisan, l’interprète de Matthieu Pérac, ayant décidé de quitter la série, les scénaristes devaient trouver un moyen de faire disparaître son personnage, mais la disparition d’un tel personnage principal aurait pu déstabiliser les téléspectateurs et mettre fin à la série. Mais c’était sans compter sur le génie des créatrices Fanny Robert et Sophie Lebarbier, qui ont su faire de cette disparition une force, et ainsi faire monter en puissance leur série, en faisant prendre aux autres personnages une dimension inattendue.

Le challenge en début de saison 3 était double pour les scénaristes, faire entrer un nouveau personnage central à travers le commandant Thomas Rocher (Philippe Bas), et en même temps faire oublier Matthieu.

Pour cela, Fanny Robert et Sophie Lebarbier ont décidé de faire un bond dans le temps. En effet, on ouvre la saison 3 un an après le drame. Chloé partie se réfugier en Bretagne, coupée des autres et de la brigade, Fred, Hyppolite et Grégoire, tentant de surmonter la perte de Matthieu et d’intégrer ce nouveau commandant aux méthodes un peu brusques. Un épisode de grande qualité, qui progressivement nous montre la gestion du deuil et l ‘acceptation par chacun des personnages, et le rapprochement entre eux, qui va permettre de créer une nouvelle dynamique. Ce début de saison donne à la série un virage profitable. La disparition de Matthieu fut l’occasion de faire évoluer le personnage de Chloé, en lui donnant une belle maturité, preuve en est la disparition de ses intrusions dans l’esprit des criminels et victimes. On se retrouve face à une Chloé, à la fois fragilisée mais aussi plus forte. A côté, les personnages de Fred et Hyppolite trouvent enfin leur voie, en montrant leurs failles et sortant ainsi des stéréotypes dans lesquels ils étaient enfermés dans les saisons 1 et 2. Une très belle gestion de la disparition du personnage de Matthieu, qui a donné un nouveau souffle à la série, et l’a fait monter en puissance.

A côté de cette disparition, la saison 4, fut marquée par un nouvel arrivant, le commandant Antoine Garrel, personnage très ambigu, très proche de Chloé, qui va lui faire découvrir une face de sa personnalité qui jusqu’ici n’était pas exploitée.

Capture d’écran 2014-10-14 à 09.38.28 Capture d’écran 2014-10-14 à 09.39.13

Mais la tournure des évènements a poussé les scénaristes à faire disparaître ce personnage, tueur de l’ombre. Nulle question de le mettre en prison, marquer les esprits par sa mort fut la solution choisie. Suite à tout un épisode permettant de révéler ses actions de « justicier », Garrel se donne la mort en sautant d’un pont en ayant avoué son amour à Chloé.

Cet événement qui clôture l’épisode 10 aurait pu être exploité pour déstabiliser Chloé ou au contraire la rendre plus forte ou méfiante. Mais malheureusement, dès l’épisode 11, on retrouve une équipe qui ne porte aucune séquelle de la mort de Garrel, Chloé apparaît comme si cela ne s’était pas passé. Un traitement un peu décevant de la disparition d’un personnage central de cette saison 4.

La saison 4 n’en avait pourtant pas fini. Chacun se remémore du cliffhanger de l’épisode 12, Grégoire victime d’une tentative d’assassinat par les hommes de préfet Carmin, et Chloé qui enlevée par Carmin avec sa mère, ne trouve d’autre solution pour la sauver que de tenter de se pendre.

Capture d’écran 2014-10-13 à 14.01.36 Capture d’écran 2014-10-14 à 10.20.14

L’épisode se clôture sur la vision d’une Chloé pendue, et l’équipe sur la route pour tenter de la sauver. Une saison qui se ferme donc sur l’incertitude de la survie de Chloé et de Grégoire.

L’attente est donc très importante du côté des téléspectateurs sur le traitement réservé à ce cliffhanger en début de saison 5. Traitement du cliffhanger qui sera l’objet d’un autre article, après la diffusion des premiers épisodes demain soir en France.

Vous l’aurez bien compris, chaque série, chaque scénariste gère la disparition des personnages de façon très différente, certaines sont plus ou moins opportunes, plus ou moins bien intégrées dans l’intrigue, et plus ou moins bien gérées. Mais dans tous les cas, ces disparitions font réagir les téléspectateurs, soit en les émouvant, soit en les choquant, et permet de les fidéliser.

(Sources et crédits : TF1, CBS)

Publicités