Découvrez Alexandre Fortuit compositeur de musique de films et séries : Falco, Profilage…

Afin de vous faire découvrir le métier de compositeur de musique pour l’image, nous sommes allés à la rencontre d’Alexandre Fortuit

bio_pic

Alexandre Fortuit est originaire de Paris. Il est parti pour New York en 1997 afin d’étudier au Drummers Collective à Manhattan. En 2007, il est parti pour Los Angeles pour poursuivre ses études en musique de film à UCLA. Il a également participé à un séminaire d’orchestration de Scott Smalley.

Alexandre compose des musiques de films et séries depuis 2005. Sa première expérience en composition de musique de série TV fut pour Equipe médicale d’urgence (France 2) de 2005 à 2009 (24 épisodes). Il est actuellement compositeur des musiques de deux séries policières de prime time de TF1, Falco et Profilage, produites par TF1 et Beaubourg audiovisuel.

Alexandre a également travaillé sur quelques pièces pour le ballet Austin et sur de nombreux courts métrages. En 2009, il a obtenu le prix pour la meilleure bande originale au NYU First Run Film Festival pour son travail sur Ana Lucia.

Vous connaissez tous ce générique : 

Ou encore ce thème : 

Qui d’entre vous ne s’est jamais demandé comment avait été composés ces morceaux qui vous trottent dans la tête, et viennent donner toute leur substance aux scènes que vous voyez à l’écran ?

Pour répondre à toutes vos interrogations, Alexandre a eu la grande gentillesse d’accepter de répondre à quelques questions pour vous faire partager sa façon de travailler. Nous tenons d’ailleurs à le remercier pour sa disponibilité et sa générosité.

Fictions en Séries : Vous composez des musiques de films et de séries, notamment Falco et Profilage, comment en êtes vous arrivé à écrire de la musique pour l’image ?

Alexandre Frotuit : Depuis très jeune, j’ai toujours eu un grand amour du cinéma et du petit écran. En 1998 je suis parti à New York pour étudier le Jazz et j’ai très vite réalisé que je voulais écrire de la musique de film. J’ai commencé à travailler sur des courts métrages et des pièces de dance. En 2005, une amie scénariste (Isabel Sébastian) qui connaissait déjà ma musique m’a demandée de faire une démo pour une série (Equipe Médicale D’urgence) qu’elle était en train de développer pour France 2 et produite par Beaubourg Audiovisuel. Ma démo a plu et c’est à ce moment que ma relation avec Beaubourg Audiovisuel a commencé. Puis il y a eu Profilage  en 2009 et Falco en 2012. En lisant les scenarios, j’ai tout de suite adoré et compris que ce serait une super aventure.

 FeS : Pourriez vous nous expliquer comment vous travaillez ? quelles sont vos inspirations ?

A. F.: La première étape pour moi est de lire les scenarios afin de déterminer les moments clefs du film pour pouvoir gérer la courbe dynamique de la musique. Une fois les images reçues, il y a l’étape cruciale du « Spotting », qui consiste à savoir quand mettre ou ne pas mettre de musique. En fonction de la particularité de l’épisode le réalisateur peut exprimer un certain désir du son qu’il recherche et me donner des références. Après le challenge est d’incorporer ces demandes en conservant l’identité de la série.

J’aime écouter des b.o. et regarder des films et des séries pour m’inspirer, analyser comment un compositeur approche une scène. Récemment la série «True detective » m’a beaucoup inspirée ainsi que le remake de « millenium » par David Fincher.

 FeS : Composez vous avant d’avoir les images ou justement à l’image ?

A. F.: Ca dépend du rythme de post-production. Je dirais que je compose environ 80% du temps à l’image. La cinématographie m’inspire énormément et me permet de déterminer quelle approche à prendre pour l’orchestration de la musique.

Mais j’aime faire les deux. Composer sans l’image laisse plus de place pour expérimenter et rechercher de nouvelles textures et parfois le résultat peut être très intéressant.

FeS : A l’image, les téléspectateurs ne peuvent apprécier que de courts passages musicaux. Est ce que vous proposez au réalisateur des musiques plus longues ou simplement ces morceaux choisis ?

A. F. : La longueur des morceaux varie de 10 secondes à 5 minutes. Les morceaux sont rarement coupés. Il y a beaucoup de variations de niveaux sonores après le mix final, il y a certains moments ou la musique est jouée a niveau très bas surtout pendant les scènes avec beaucoup de dialogue.

FeS : Le nom des compositeurs de films et de séries est souvent méconnu du grand public, vous travaillez dans l’ombre, n’est ce pas difficile d’être dans cette situation ?

A. F. : Non pas du tout. Composer pour l’image est absolument passionnant et tant que j’ai la chance de pouvoir créer je suis heureux. C’est un business très diffèrent. Il faut savoir mettre son ego de coté et tout donner afin que le film soit le plus réussi possible. Certes les compositeurs de film n’ont pas de statut de star mais leur rôle est indispensable pour le succès d’un film.

FeS : Les adeptes des séries Falco et Profilage demandent souvent s’il serait possible de créer une compilation des morceaux qu’ils entendent, pensez vous que cela puisse un jour se faire ?

 A. F. : J’espère, mais ça ne dépend pas vraiment de moi.

Pour découvrir ou redécouvrir d’autres morceaux composés par Alexandre et que vous aimez déjà c’est par Ici

(Crédits : Alexandre Fortuit, Beaubourg Audiovisuel & Une musique, TF1)

Publicités