P’tit Quinquin : le polar burlesque de Arte ce soir dès 20h50

Retrouvez ce soir dès 20h50 la « mini série » P’tit Quinquin de Arte de Bruno Dumont

116-fr

Plebiscitée lors de la projection à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes, la « série » P’tit Quinquin débarque sur Arte dès ce soir, pour deux épisodes, les deux suivants seront diffusés le 25 septembre.

ptit_quinquin_00 414952.jpg-c_640_360_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Alors P’tit Quinquin qu’est ce que c’est ? Une enquête policière parodique et burlesque. On retrouve un corps sans tête ni vie à l’intérieur d’une vache aussi folle que décédée. L’enquête est menée par deux gendarmes incapables et guignolesques, au beau milieu d’un village peuplé de dingues (plus ou moins) doux et sous le regard d’une bande d’enfants, menée par P’tit Quinquin et son amoureuse Eve, qui s’aiment, se bagarrent, font des bêtises, s’ennuient puisque ce sont les grandes vacances, que ce sont des enfants, et que cela suffit bien assez comme raison pour faire des bêtises.

Faut il regarder cette « série » au format atypique de 4 épisodes de 52 minutes ? Oui ! Pourquoi ? Parce que justement c’est atypique, tant au niveau de l’intrigue que de son traitement cinématographique. Parce qu’aussi les gags et l’humour sont au rendez vous, c’est un polar complètement délirant. Mais aussi parce que sous ses airs d’énième caricature du Nord, on retrouve une certaine tendresse face à ce monde mis en scène.

Doit on pour autant être unamine face à cette série ? Certains vont adorer, d’autres détester, tout dépend de votre sensibilité à ce burlesque, qui peut à la longue ne plus faire rire. Car il ne faut pas le nier, cette série est une somme de scènes caricaturales qui peut à l’usure devenir lassante, et que les dialogues ne sont pas très présents, ce qui est un manque en télévision. Il reste aussi que le format peut perturber, une « série » de seulement 4 épisodes, diffusés en deux soirées, peut surprendre, changer les habitudes, mais il va falloir s’y habituer, car c’est un format très plebiscité par Arte, qui développe de plus en plus ces « mini séries » de 3, 4 ou 6 épisodes.

Mais on ne pourrait, en définitive, que vous conseiller de regarder cette série qui est profondément humaine, et comporte même des moments magiques.

Et bien sûr les connaisseurs auront été marqués par le titre choisi pour cette « série » : P’tit Quinquin. Pourquoi ? Parce que cela nous rappelle bien sûr la célèbre berceuse d’un poète natif de Lille, Alexandre Desrousseaux, le P’Tit Quinquin, qui est un véritable hymne de la région depuis 1853, date de sa création.Dans cette chanson on parle du sucre comme récompense pour l’enfant sage. Berceuse qui a également donné naissance aux P’Tits Quinquins ou Petits Quinquins, des friandises originaires du Nord, et plus particulièrement de Lille.Ce sont des petits bonbons acidulés, créés en 1921. ptit-quinquin   (Sources : Arte, Wikipédia, Keldelice)

Publicités