Projection FFTV Profilage saison 5 : le retour gagnant

Ce jeudi soir étaient diffusés les épisodes 5 & 6 de la saison 5 inédite de la série évènement Profilage, au Festival de la Fiction TV de La Rochelle.

10557279_344169219079879_2028803476405893916_n

L’une des projections les plus attendues de cette 16ème édition du Festival de la Fiction TV de La Rochelle était sans doute celle des deux épisodes inédits de la saison 5 de la série Profilage. Une nouvelle saison très demandée pour cette série dont le succès n’a cessé de croitre au fil des saisons. La saison 4 s’était terminée en apothéose, tant sur le plan de l’intrigue, que celui des audiences… et cette saison 5 qui tient toutes ses promesses, ne devrait pas décevoir les spectateurs, bien au contraire 🙂

Dans ce double épisode projeté à La Rochelle, Rocher enquête à Paris sur le meurtre brutal d’une jeune baby sitter pendant que Chloé est à Belle-Ile pour participer à un congrès de criminologie. Mais alors qu’une tempête se soulève, coupant l’île du continent, un puis deux criminologues se font assassiner selon des modes opératoires très sophistiqués. Accusée des meurtres des criminologues, Chloé est détenue dans la gendarmerie de Belle-Ile. Pour Adèle, il ne fait pas de doute que Chloé a été piégée. Le voile est levé sur cette machination quand l’équipe fait le lien avec Louise Drancourt, la meurtrière du Commandant Perrac qui nourrissait une passion dévorante pour Chloé. Pour innocenter son amie, Adèle kidnappe Louise dans le but de la faire avouer, au risque de faire ressurgir ses propres démons.

Un double épisode riche en intrigues, en humour, en suspense, en émotions... Bref, vous l’aurez compris un double épisode que nous avons adoré. Alors pourquoi ?

Déjà, parce que l’on y retrouve tous les éléments qui ont fait le succès de la série. Chloé revient dans cette 5ème saison bien plus heureuse que dans les deux dernières, elle est toute en humour, en gaffe, en mimiques… qui en ont fait la popularité du personnage dans les saison 1 & 2. Après le dénouement de la saison 4, on pouvait se demander comment on allait la retrouver, et on est pas déçus, c’est une Chloé fraiche, lumineuse...grâce notamment à l’adoption de Lili et les retrouvailles avec Laurence Fisher, sa mère. C’est donc le grand retour, dans cette nouvelle saison, de la Chloé qui nous a fait aimer Profilage, toujours parfaitement interprétée par Odile Vuillemin, qui a réussi à trouver un juste milieu dans ce jeu qui n’est ni trop, ni trop peu. Qui nous livre toute sa palette de jeu, en passant du rire aux larmes, avec une justesse rare. Et même si son personnage est secondaire dans l’épisode 6, la scène de miroir des visages avec Louise, prouve en seulement quelques secondes, la perfection du personnage et toutes les émotions qu’elle nous transmet.

Ensuite, parce que l’on y découvre un peu plus ce nouveau personnage d’Adèle Delettre, découvert en fin de saison 4. Un personnage complexe, une criminologue de grand talent. Un personnage magnifiquement interprété par Juliette Roudet, qui nous livre ici une Adèle de très grande qualité et d’une justesse incroyable, qui nous fait vivre des moments vraiment bouleversants. Un personnage qui prend dans ce double épisode, (dont le deuxième est centré sur elle) une place centrale, qui nous permet de prendre conscience de la place d’Adèle au sein de l’équipe, sa façon de travailler, de penser… On y découvre également quelques bribes de son passé, ses failles… Un double épisode qui nous permet de nous attacher à ce nouveau personnage.

Enfin, un travail d’écriture de Fanny Robert et Sophie Lebarbier, d’une qualité qui ne cesse de nous étonner de saison en saison. Des intrigues parfaitement menées, aucune faute de genre. Une très belle réalisation de Vincent Jamain et Julius Berg, qui donne une image sombre et lumineuse, sans coupure de rythme, qui nous entraine dans l’enquête et nous fait oublier le temps qui passe.

A noter, dans ce double épisode, l’étonnante interprétation de Marie Kremer, qui reprend pour l’occasion son rôle de Louise, qui nous livre ici un travail incroyable de manipulatrice…En bref, une Louise magnifique. Et toujours, de très belles émotions dans le jeu de Philippe Bas, qui nous montre un Thomas Rocher, plein d’émotions contraires. Une Fred Kancel (Vanessa Valence), toujours à son image, en équilibre sur ce double épisode, entre sa bonne humeur légendaire, sa grande sensibilité, et sa difficulté à intégrer de nouvelles têtes dans l’équipe (souvenez vous de la théorie de la poule). Et un Hippolyte (Raphaël Ferret), rieur, gaffeur, taquin, mais aussi sensible.

Vous l’aurez compris, un magnifique double épisode, qui donne l’eau à la bouche et nous promet une saison 5 de TRES haut niveau…

11313_739840579385413_3128986575252184894_n 10670148_739840546052083_3589124354623574567_n 10678864_739840309385440_8520714877076708935_n

Production : Beaubourg Audiovisuel (Stéphane Marsil)
Diffusion : TF1
Réalisateur : Vincent Jamain (épisode 5) et Julius Berg (épisode 6)
Scénariste(s) : Sophie Lebarbier, Fanny Robert (épisodes 5 et 6) et Julien Teisseire (épisode 6)
Compositeur : Alexandre Fortuit
Directeur de la photographie : Marc Falchier
Chef décorateur : Julie Sfez
Ingénieur du son : Stéphane Kah
Montage : Ludivine Saes (épisode 5) et Bertrand Maillard (épisode 6)
Durée : 48’57’’ et 48’16’’
Aides territoriales : /
Distribution : Odile Vuillemin, Philippe Bas, Jean-Michel Martial, Vanessa Valence, Raphaël Ferret, Juliette Roudet, Ron Reznik, Marie Kremer

Publicités